definición y significado de Anjou | sensagent.com


   Publicitad R▼


 » 
alemán árabe búlgaro checo chino coreano croata danés eslovaco esloveno español estonio farsi finlandés francés griego hebreo hindù húngaro indonesio inglés islandés italiano japonés letón lituano malgache neerlandés noruego polaco portugués rumano ruso serbio sueco tailandès turco vietnamita
alemán árabe búlgaro checo chino coreano croata danés eslovaco esloveno español estonio farsi finlandés francés griego hebreo hindù húngaro indonesio inglés islandés italiano japonés letón lituano malgache neerlandés noruego polaco portugués rumano ruso serbio sueco tailandès turco vietnamita

Definición y significado de Anjou

Definición

Anjou (n.prop.)

1.province historique et région de l'ouest de la France, qui correspond au Maine-et-Loire, à l'Indre-et-Loire, à la Mayenne et à la Sarthe.

   Publicidad ▼

Definición (más)

definición de Anjou (Wikipedia)

Ver también

Anjou (n.prop.)

angevin

   Publicidad ▼

Frases

Adèle de Vendôme-Anjou • Adélaïde d'Anjou • Anjou (AOC) • Anjou (Isère) • Anjou (Montréal) • Anjou (circonscription provinciale) • Anjou (homonymie) • Anjou Cola • Anjou fines bulles (AOC) • Anjou villages brissac (AOC) • Anjou-Durazzo • Anjou-Rivière-des-Prairies • Anjou-coteaux-de-la-loire (AOC) • Anjou-villages (AOC) • Armorial de la maison d'Anjou-Sicile • Armée catholique et royale d'Anjou et du Haut-Poitou • Armée catholique et royale du Bas-Anjou et de Haute-Bretagne • Armée catholique et royale du Maine, d'Anjou et de la Haute-Bretagne • Association des Amis du Petit Anjou • Beurré d'Anjou • Blason d'Anjou • Charles II d'Anjou • Charles V d'Anjou • Charles d'Anjou • Chaumont-d'Anjou • Château de Durtal (Anjou) • Communauté de communes Ouest-Anjou • Communauté de communes de Beaufort-en-Anjou • Communauté de communes des Portes-de-l'Anjou • Communauté de communes du Haut-Anjou • Comté d'Anjou • Cossé-d'Anjou • Crémet d'Anjou • Duché d'Anjou • Entente sportive Segré Haut-Anjou • Ermengarde d'Anjou • Ermengarde d'Anjou (morte en 1076) • Ermengarde d'Anjou (morte en 1146) • Escadron de transport 2/64 Anjou • Espace Anjou • Faye-d'Anjou • Festival d'Anjou • Florent d'Anjou • Foulque II d'Anjou • Foulque III d'Anjou • Foulque IV d'Anjou • Foulque Ier d'Anjou • Foulque V d'Anjou • Foulque d'Anjou • Geoffroy II d'Anjou • Geoffroy III d'Anjou • Geoffroy IV d'Anjou • Geoffroy Ier d'Anjou • Geoffroy V d'Anjou • Geoffroy VI d'Anjou • Geoffroy d'Anjou • Guy d'Anjou • Haut-Anjou • Histoire de l'Anjou • Joseph-Émile-Stanislas-Émmanuel d'Anjou • Labastide-d'Anjou • Les Galeries d'Anjou • Liste de personnes nées en Anjou • Liste des communes de l'appellation d'origine contrôlée Anjou • Liste des comtes et ducs d'Anjou • Listes des communes de l'Anjou historique situées hors du Maine-et-Loire • Louis II d'Anjou • Louis III d'Anjou • Louis d'Anjou • Louise d'Anjou (1445-1477) • Maine-anjou • Maison capétienne d'Anjou-Sicile • Marguerite d'Anjou • Marguerite d'Anjou (1273-1299) • Marguerite d'Anjou (1429-1482) • Marie d'Anjou • Notre-Dame-des-Anges (Anjou) • Ordre du Croissant (Maison capétienne d'Anjou-Sicile) • Parc naturel régional Loire-Anjou-Touraine • Pays de l'Anjou bleu, Pays segréen • Pays des Vallées d'Anjou • Petit Anjou • Piotr Fiodorovitch Anjou • Quai d'Anjou • René d'Anjou • Roscille d'Anjou • Rue d'Anjou • Régiment Anjou-Étranger • Régiment d'Anjou • Saint-Barthélemy-d'Anjou • Saint-Denis-d'Anjou • Saint-Léonard—Anjou • Saint-Sylvain-d'Anjou • Sainte Hélène d'Anjou • Sceaux-d'Anjou • Sibylle d'Anjou • Sénéchaussées de l'Anjou • Thorigné-d'Anjou • Tour du Haut-Anjou • Vern-d'Anjou • Ville close de l'Anjou • Ville-sous-Anjou • Yolande d'Anjou • Élie II d'Anjou • Équipe Anjou

Diccionario analógico

Wikipedia

Anjou

                   

47°28′N 0°33′W / 47.467, -0.55

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Anjou (homonymie).
Anjou
France anjou.svg
Anjou province.png
L'Anjou en bleu
Administration
Pays France
Type Anciennes provinces de France
Département Maine-et-Loire, Mayenne angevine, Maine angevin
Autres villes Angers, Cholet, La Flèche, Saumur, Château-Gontier
Géographie
Superficie ? km2
Population
Population  ? hab.
Densité  ? hab./km2

L’Anjou est une région historique et culturelle française, correspondant à l’ancienne province du même nom. Sa capitale est Angers. Il doit son nom au peuple gaulois des Andécaves. Bien que le duché ait disparu, le terme « Anjou » est toujours utilisé pour définir le territoire de Maine-et-Loire[1],[2]. Le logo du département reprend le terme « Anjou »[3]. Son nom en latin est Andegavia.

Le territoire de l'Anjou correspond à l’actuel département de Maine-et-Loire, ainsi qu'à plusieurs autres territoires intégrés dans divers divisions administratives.

L'Anjou, en tant que comté, émerge de l'histoire au Xe siècle en conséquence de la dislocation du royaume carolingien. Il devient l'une des plus importantes principautés françaises aux XIe siècle et XIIe siècle. En 1204, le roi de France Philippe Auguste met la main sur le comté. Celui-ci retrouve une certaine autonomie à partir du règne de saint Louis en tant qu'apanage. L'Anjou est érigé en duché au début de la guerre de Cent Ans. Il devient officiellement rattaché à la couronne de France en 1481, et sera partiellement disloqué en 1790 lors de la création des départements.

Culturellement, l'Anjou est associé à son vignoble, à la Loire, à ses matériaux de construction (ardoise et tuffeau) ainsi qu'à sa grande concentration de troglodytes.

Sommaire

  Étymologie

Le nom de la province provient du déterminant Andecavorum qui fait référence au peuple gaulois des Andecavii (Andécaves ou Andégaves), dont la cité était, sous l'Empire romain, Juliomagus[4].

L'appellation actuelle de la province est issue de l'élément Andecavorum. La ville d'Angers est mentionnée au Moyen Âge sous les formes Andecava civitas au VIe siècle et Andecavis en 769[5], Andegavis entre 861 et 882, Angieus en 1127, Angeus en 1205. On trouve une forme Angiers dès le XIIe siècle[6].

L'évolution phonétique Andecavis en Angeus[7] est régulière et s'explique par la lénition des consonnes intervocaliques. Le -s final est celui de l'ablatif-locatif latin. La variante Andecavum explique le nom d'Anjou (in Andecavo en 797). Celui d'angevin est un dérivé semi-savant. Le doublet Angers, Anjou est tout à fait comparable à celui de Poitiers, Poitou[8].

  Géographie

  Carte de l'Anjou au XVIIIe siècle lors de son extension maximale. (Cliquez pour agrandir)

  Délimitations historiques

Au XVIIIe siècle, le territoire angevin atteint est constitué de deux entités séparée par la Loire.

L'Anjou supérieur (Haut-Anjou), situé au nord de la Loire comprend le Craonnais et le Segréen avec Pouancé et Candé jusqu'à Châteauneuf ainsi que la région de Château-Gontier. Il comprend également la partie sud du département de la Sarthe (Maine angevin) avec le pays de Céans (canton de La Flèche), Le Lude et jusqu'à Château-du-Loir, Bourgueil et toute la région ouest de l'Indre-et-Loire jusqu'à Château-la-Vallière y est également comprise et enfin, le Baugeois et les Basses Vallées angevines.

L'Anjou inférieur, situé au sud de la Loire, comprend le Saumurois à l'est du Layon, qui inclut également Loudunais jusqu'à Mirebeau ainsi que la ville de Richelieu[9]. Il faut y ajouter Le Bourg (canton de Montreuil-Bellay), Le Vaux (canton de Gennes) ainsi que les Mauges angevines. S'y situaient également quelques communes autour de Bouillé-Loretz et d'Argenton-l'Église, dans les Deux-Sèvres ainsi que la commune de La Boissière-du-Doré, en Loire-Atlantique.

  Évolution des frontières

À l'origine, le territoire angevin se trouvait centré sur le pagus d'Angers. Le comté d'Anjou comprenait Saumur à l'est, arrivait jusqu'au confins du Maine avec Le Lude, possédait une partie de la vallée de la Sarthe et de la Mayenne. La domination angevine comprend également une partie des Mauges, tandis qu'à l'ouest, la frontière reste flou avec la Bretagne, et au sud avec l'Aquitaine[10].

Foulques II d'Anjou, après avoir pris Montreuil-Bellay au comte de Poitiers, va céder Saumur au comte de Blois. Son successeur, Geoffroy Ier, s'empare du Loudunais, du Mirebelais et de Thouars aux dépens de l'Aquitaine en 973. Il étend le domaine angevin sur la rive sud de la Loire jusqu’aux portes de Nantes et à la limite de la Sèvre nantaise, construisant le donjon du Pallet.

Foulques III d'Anjou fait fructifier le domaine de son père, et l'étend à l'est en reprenant définitivement Saumur par les armes en 1026, et en mettant la main sur les Mauges par des manœuvres politiques.

  Dépeçage partiel de la province

Lors de la Révolution française, les institutions de l'Ancien Régime sont mises à bas. Les territoires et domaines des anciennes provinces françaises, fiefs de dynasties de comtes et de ducs vont être démantelés afin de pouvoir laisser la place à la Nation républicaine.

La création des départements français répond à cet objectif politique et sera effectif le 4 mars 1790, en application de la loi du 22 décembre 1789.

La province d'Anjou se retrouvera divisée et répartie sur sept départements (par ordre alphabétique) : Indre-et-Loire, Loire-Inférieure, Mayenne, Mayenne-et-Loire (devenue très vite Maine-et-Loire), Sarthe, Deux-Sèvres, Vienne.

  Histoire

Article détaillé : Histoire de l'Anjou.
  Le château d'Angers, cœur du pouvoir angevin pendant des siècles.

L'Anjou en tant qu'entité et territoire apparaitra sous l'Antiquité avec le peuple des Andécaves. Leur territoire, centré sur Angers (alors Andegavum) correspondait en partie aux limites du futur Maine-et-Loire. Occupé par les Romains, il se trouvera plus tard au centre de plusieurs influences et rivalités, notamment entre les Francs et les Bretons. Devenu comté, il deviendra le cœur de l'empire Plantagenêt, ou « empire angevin » au XIIIe siècle. Il sera érigé en duché.

L'Anjou aura gardé une indépendance face au pouvoir royal jusqu'en 1259, date du traité de Paris, qui le rattache à la couronne de France. Donné en apanage à la mort de Louis VIII de France, il se verra définitivement rattaché au royaume de France en 1481.

Lors de la création des départements en 1790 lors de la Révolution française, l'ancienne province d'Anjou sera partagée entre plusieurs départements.

Le cœur de l'Anjou constituant le département de Mayenne-et-Loire (renommé par la suite Maine-et-Loire), le nord de l'Anjou constituant la partie méridionale du département de la Mayenne sous le nom de Mayenne angevine ; une autre partie constituant le sud du département de la Sarthe et dénommé parfois Maine angevin ; enfin la partie orientale de l'Anjou rattachée au département de l'Indre-et-Loire et surnommé la Touraine angevine.

  Héraldique

  Blason moderne de l'Anjou.
  Les armes de la 1re Maison d’Anjou attestées depuis Geoffroy V Plantagenêt mais peut-être antérieures.

Les armoiries des Ingelgeriens ne sont pas connues.

On suppose que les armes de la première maison d'Anjou étaient d'azur, au chef de gueules, aux rais d'escarbouble d'or, brochants sur le tout. Mais cela tient plus du mythe, car les armes n'avaient, à cette époque, pas encore de caractère héréditaire attaché au nom et surtout, elles n'apparaissent pas avant la seconde moitié du XIe siècle. Ce sont donc probablement les Plantagenêts, avec Geoffroy Plantagenêt, qui ont été les premiers à en porter : d'azur, à six lions d'or posés 3, 2 et 1

La première maison capétienne d’Anjou portait : d’azur semé de fleurs de lys d’or, un lambel de gueules brochant sur le tout

La seconde maison capétienne d’Anjou portait : d’azur aux trois fleurs de lys d’or posées 2 et 1 et à la bordure de gueules.

Après les Plantagenêts devenus rois d'Angleterre, les deux maisons d'Anjou françaises, qui se sont succédé (1246-1480), portèrent à partir de 1270 un semé de fleurs de lys à la bordure de gueules. Le roi Charles V remplaça le semé des armes de France par trois fleurs et, plus tard en 1480, son descendant, Louis XI, réunit définitivement l'Anjou à la Couronne. L'Anjou, conservant sa brisure (la bordure), reprit donc les armes de France nouvelles.

  Architecture

  Architecture religieuse

  Architecture romane

En Anjou, l'architecture romane s'illustre notamment par l'église prieurale Notre-Dame de Cunault (XIe siècle et XIIIe siècle), l'église Saint-Aubin de Trèves (XIe siècle et XIIe siècle) ainsi que l'abbaye de Fontevraud.

  Gothique angevin

Article détaillé : Gothique angevin.

Le gothique angevin, ou gothique Plantagenêt, est un style particulier d'architecture gothique qui s'est développé au XIIIe siècle sous l'influence des Plantagenêt. Ce style se diffusa à travers tous les territoires sous contrôle de l'empire Plantagenêt (Anjou, Maine, Poitou) ainsi que dans les royaumes de Naples et de Sicile

  Architecture civile

Article connexe : Troglodytes en Anjou.
  L'habitat troglodytique est très présent dans le Saumurois.
  Ré-emploi de pierre bleue dans un encadrement de fenêtre du XVIIe siècle, à Pouancé.

L'architecture angevine est intimement liée aux ressources géologiques de la région. Elle se divise en trois influences principales :

le Saumurois : caractérisée par l'utilisation massive du tuffeau dans le gros œuvre, la couverture alternant entre l'ardoise et la tuile. La région abrite également la plus grande concentration de troglodytes d'Europe. Le moulin cavier est également une caractéristique de la région de Saumur.

le Haut-Anjou : caractérisée par l'utilisation massive du schiste ardoisier, aussi bien pour les couvertures que pour le gros œuvre. La toiture est inclinée (le rampant), souvent doublée d'un coyau. Aujourd'hui, malgré l'abandon du coyau, la quasi-totalité des toitures haute-angevine conservent un rampant en ardoises. Avant de céder la place au XVIIIe siècle, au tuffeau et à la brique, les encadrements étaient réalisés en pierre bleue provenant de la région de Châteaubriant, pierre qui se retrouve encore dans certaines constructions, vers Pouancé et Candé notamment.

les Mauges : caractérisée par l'utilisation plus importante de la brique. L'architecture est qualifiée d'architecture de transition avec l'architecture de la Vendée ou du Poitou[11]. Elle utilise une diversité de pierre locale (granite, tuffeau) pour le gros œuvre, réservant la brique pour les encadrements et les chaînes d'angles. Le toit, à l'inverse du Haut-Anjou, est plat et la couverture faite de tuiles dans la majorité des cas.

  Culture angevine

  Parler et dialecte angevin

Article détaillé : Angevin.

Voir l'article rimiaux (contes et poèmes en parler angevin)

  Littérature

  Sports

  Gastronomie

  L'Anjou dans la culture populaire

Le climat tempéré, la beauté des paysages ligériens, le style architectural des demeures et bien d'autres détails, font de l'Anjou une province agréable où il fait bon vivre. Qui mieux que le poète Joachim du Bellay a pu immortaliser cet art de vivre.

« Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage » (tiré des Regrets - 1558) :

Plus me plaît le séjour qu'ont bâti mes aïeux,
Que des palais romains le front audacieux,
Plus que le marbre dur me plaît l'ardoise fine,
Plus mon Loire gaulois, que le Tibre latin,
Plus mon petit Liré, que le mont Palatin,
Et plus que l'air marin la douceur angevine.

  Personnalités nées en Anjou

Article détaillé : Liste de personnes nées en Anjou.

  Notes et références

  1. Anjou Tourisme
  2. Anjou.org CEE49
  3. Logo du CG49
  4. Charles Rostaing, Op. cité, p. 47
  5. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Op. cité.
  6. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France (Lire en ligne)
  7. L'évolution est comparable à Pictavis en Peiteus aux XIe et XIIe siècles donnant Poitiers
  8. D'autres doublets à priori plus opaques existent comme Bourges, Berry ou Rodez, Rouergue
  9. rattachée lors de sa création par le cardinal de Richelieu au Saumurois
  10. Louis Halphen, Le comté d'Anjou au XIe siècle, Paris, Picard, 1906, p. 50-51
  11. http://www.cpie.paysdesmauges.fr/uploads/documents/cahiers_des_mauges_01.pdf Cahiers des Mauges, no 1

  Voir aussi

  Articles connexes

  Liens externes

  Bibliographie

  • Bendjebbar André, La vie quotidienne en Anjou au XVIIIe siècle, Hachette, Paris, 1983, 288 pages.
  • Bourquin Laurent, Les mutations du peuplement nobiliaire angevin à l’époque moderne, Histoire Économie et Société, 17e année, no 2, 2e trimestre 1998, S.E.D.E.S., Paris, pages 241 à 259.
  • Dornic François, Histoire de l’Anjou, Presses Universitaires de France, « Que sais-je ? » no 934, Paris, première édition 1961, deuxième édition mise à jour 1971, 127 pages.
  • Favreau Robert :
    • en collaboration avec Marais Jean-Luc et alii, Anjou, Éditions Bonneton, Paris, seconde édition entièrement revue, mise à jour et augmentée 1992, 399 pages.
    • Société Monumenta Historiae Galliarum, FAVREAU Robert (dir.), Atlas Historique Français, le territoire de la France et de quelques pays voisins, Anjou, en deux volumes, Institut Géographique National, Paris, 1973, 171 pages et 49 planches.
  • Ferrieu Xavier, Un gentilhomme angevin du siècle des Lumières, Auguste-Claude-François de Goddes, marquis de Varennes (1715-1782), Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest (Anjou, Maine, Touraine), tome 83, année 1976, no 1, pages 93 à 109.
  • Gontard de Launay, Recherches généalogiques et historiques sur les familles des maires d’Angers, en cinq tomes, Lachèse et Compagnie, Angers, 1893-1899.
  • Laplanche François, Le protestantisme en Anjou au temps de l’édit de Nantes, Archives d’Anjou, no 2, 1998, Association des Amis des Archives de l’Anjou, Angers, pages 77 à 92.
  • Lebrun François :
    • Les hommes et la mort en Anjou aux 17e et 18e siècles, Essai de démographie et de psychologie historiques, Librairie Maloine-Mouton, Paris-La Haye, 1971, 562 pages.
    • Le diocèse d’Angers, Lebrun François (dir.), Beauchesne, collection « Histoire des diocèses de France », no 13, Paris, 1981, 307 pages.
    • L’histoire vue de l’Anjou 987-1958, recueils de textes d’histoire régionale, en trois tomes, tome I 987-1789, Siraudeau et Cie, Angers, 1983, 179 pages.
  • Le MoY A. L’Anjou, Hachette, collection « Histoire et géographie régionales de la France », Paris, 1924, 210 pages.
  • Letourneau G. :
    • Mémoires de Joseph Grandet, Histoire du séminaire d’Angers depuis sa fondation en 1659 jusqu’à son union avec Saint-Sulpice en 1695, en deux tomes, Germain et G. Grassin, Angers, 1893, LXXXVII-526 et 696 pages.
    • Histoire du séminaire d’Angers depuis son union avec Saint-Sulpice en 1695 jusqu’à nos jours, Germain et G. Grassin, Angers, 1895, XXIII-442 pages.
  • Ormières Jean-Louis, Histoire de l’Anjou, Presses Universitaires de France, « Que sais-je ? » no 934, Paris, 1998, 126 pages.
  • Poirier-Coutansais Françoise, Souchon Cécile (dir.), Guide des archives de Maine-et-Loire, Angers, 1978, 426 pages.
  • Port Célestin, Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l’ancienne province d’Anjou, en quatre tomes, Édition revue et mise à jour par Jacques Levron et Pierre d’Herbécourt pour le tome I, Jacques Levron, Pierre d’Herbécourt, Robert Favreau et Cécile Souchon pour le tome II, André Sarazin et Pascal Tellier pour les tomes III et IV, H. Siraudeau et Cie, Angers, 1965, 1978, 1989 et 1996, 871, 491, 545 et 835 pages.
  • Urseau Charles, L’instruction primaire avant 1789 dans les paroisses du diocèse actuel d’Angers, Picard, Paris, 1890, 344 pages.
  • Verrier A.-J., Onillon R., Glossaire étymologique et historique des patois et des parlers de l’Anjou, Slatkine Reprints, Genève, 1970, réimpression de l’édition d’Angers (en deux tomes) de 1908.


   
               

 

todas las traducciones de Anjou


Contenido de sensagent

  • definiciones
  • sinónimos
  • antónimos
  • enciclopedia

 

5514 visitantes en línea

computado en 0,032s