» 
alemán árabe búlgaro checo chino coreano croata danés eslovaco esloveno español estonio farsi finlandés francés griego hebreo hindù húngaro indonesio inglés islandés italiano japonés letón lituano malgache neerlandés noruego polaco portugués rumano ruso serbio sueco tailandès turco vietnamita
alemán árabe búlgaro checo chino coreano croata danés eslovaco esloveno español estonio farsi finlandés francés griego hebreo hindù húngaro indonesio inglés islandés italiano japonés letón lituano malgache neerlandés noruego polaco portugués rumano ruso serbio sueco tailandès turco vietnamita

definición - Expulsion d'Allemands après la Seconde Guerre mondiale

definición de Expulsion d'Allemands après la Seconde Guerre mondiale (Wikipedia)

   Publicidad ▼

Wikipedia

Expulsion d'Allemands après la Seconde Guerre mondiale

Un article de Wikipedia, l'encyclopédie libre.

L’expulsion d'Allemands après la Seconde Guerre mondiale désigne la fuite et, surtout, la déportation massive de personnes considérées comme allemandes depuis les régions d'Europe centrale vers l'Allemagne, de 1945 à 1948.

L'impact sur l'opinion mondiale de la révélation de l'extermination des Juifs par les nazis, occulte pendant longtemps toute référence aux souffrances ressenties par les populations considérées ethniquement comme allemandes ayant été expulsées ou tuées.

Sommaire

Les expulsions

Expulsion des Allemands des Sudètes après la guerre.

La première étape de cet événement, coûteuse en vie humaines, est la fuite et l'évacuation de populations civiles organisée par le Reich lui même face à l'avancée des forces soviétiques. Des populations ethniquement allemandes ou perçues comme telles étaient largement présentes dans plusieurs pays d'Europe centrale depuis de nombreux siècles, particulièrement en Tchécoslovaquie, en Pologne ou dans les pays baltes, entre autres. Il s'agissait soit de territoires assez vastes et peuplés presque exclusivement de germanophones, comme la Prusse-Orientale, ou de populations isolées à travers les actuelles Roumanie, Hongrie, Ukraine, etc. L'Armée rouge et les partis communistes soutenus par Moscou y prennent rapidement le pouvoir et organisent des purges contre leurs opposants, ceux accusés d'être d'anciens collaborateurs, catégorie dans laquelle sont rangés la presque totalité des germanophones. Des régions qui avaient réintégrées le Troisième Reich suite aux annexions d'Hitler sont à nouveau séparées de l'Allemagne, ainsi que les régions ayant subi le déplacement de la frontière avec la Pologne sur la ligne Oder-Neisse. Toutes ces populations formées d'anciens citoyens allemands, d'ethnies allemandes ou perçues comme telles sont expulsées en direction de l'Allemagne ou de l'Autriche afin de permettre la formation d'États ethniquement homogènes ou bien à titre de "compensation". Cette expulsion massive de minorités ethniques allemandes est entérinée par la conférence de Potsdam de 1945, qui se limite par ailleurs à exprimer le souhait que ces déplacements de populations s'opèrent « d'une manière ordonnée et humaine ».

Les déportations des Allemands vivant à l'Est de la nouvelle frontière germano-polonaise, la ligne Oder-Neisse, eurent lieu en grande partie dans les régions de l'ancien Empire allemand : de Prusse-Orientale, de Poméranie, de Pomérélie, de la région de Neumark, de la Posnanie, de la Silésie, des Sudètes, mais aussi dans la totalité des pays d'Europe de l'Est et correspondant souvent à l'ancien empire Austro-Hongrois ; de la Roumanie (les Saxons de Transylvanie), de la Hongrie (Donauschwaben), de la Russie (les Allemands de la Volga), de la Pologne, des Pays baltes, de la Slovénie et de la Slovaquie. Parmi ceux qui ont émigré ou ont été expulsés, sont présent des citoyens allemands, dont certains avaient reçu la citoyenneté allemande pendant l'occupation nazie, d'autres simplement considérés comme des Allemands ethniques ou des anciens collaborateurs, tels les Kachoubes et leurs proches parents les Slovinces, les Mazures ou les Silésiens.

Ces expulsions se font dans une atmosphère d'après-guerre caractérisée par le chaos, la famine, la maladie, la rigueur des hivers, le crime, les milices violentes et les meurtres gratuits. Les estimations officielles des années 1950 donnaient pour les anciens territoires allemands jusqu'à deux millions de morts civils entre 1944 et 1947, résultat de la fuite vers l'Ouest ou des expulsions ; les chiffres actuels seraient plutôt de 600000[1]. Selon des sources alliées publiées après 1990[évasif], la déportation d'Allemands ethniques a pu affecter jusqu'à seize millions et demi de personnes et a été la plus grande des diverses migrations du même genre organisées par les Alliés occidentaux victorieux et l'Union soviétique après la Seconde Guerre mondiale. Cette période a été aussi marquée par la migration forcée et l'expulsion de millions des Polonais, de Moldaves de Roumains, de Kachoubes, d'Ukrainiens, de Hongrois et de Juifs dans toute l'Europe de l'Est et l'Union soviétique.

Légitimité des expulsions

Plus d'un demi-siècle plus tard, les relations entre l'Allemagne unifiée et ses voisins de l'Europe de l'Est continuent à être gênées en raison d'une controverse âpre et émotionnelle concernant la légitimité des expulsions et les droits des expulsés (les Heimatvertriebene). Une grande partie de la controverse est entretenue par les revendications de certains groupes d'expulsés ou de leurs descendants qui exigent des excuses officielles, la révocation de décrets d'expulsion et la mise en accusation de leurs auteurs, ainsi qu'une indemnisation pour les biens confisqués. Cette controverse est compliquée par des désaccords sur la responsabilité des expulsions, leurs motivations et leur justification.

Au cours du XXe siècle le point de vue du droit international sur les transferts de population a connu une évolution. Avant la Seconde Guerre mondiale, un certain nombre de grands transferts de population sont le résultat de traités bilatéraux ayant reçu le soutien d'organisations internationales comme la Société des Nations. Les mentalités changent avec le procès de Nuremberg, où les responsables nazis allemands sont jugés : la charte déclare que l'expulsion forcée des populations civiles est à la fois un crime de guerre et un crime contre l'humanité. Cette opinion est lentement adoptée par les opinions publiques et politiques[2].

À l'heure actuelle le statut juridique général des transferts de population contre leur gré est peu débattu[réf. nécessaire] : alors que ces transferts de population étaient habituellement acceptés comme un moyen de régler les conflits ethniques, aujourd'hui ils sont considérés comme des violations du droit international[3]. Aucune distinction juridique n'est faite entre les transferts à sens unique et les transferts bilatéraux, car les droits de chaque individu sont considérés par les institutions internationales comme indépendants de l'expérience d'autres personnes.

C'est pourquoi, même si les signataires des accords de Potsdam et les pays responsables des expulsions ont pu considérer ces dernières comme légales au regard du droit international de l'époque, des historiens et des juristes spécialisés dans le droit international et les droits de l'homme affirment que l'expulsion des Allemands de l'Europe centrale et orientale doit désormais être considérée comme une purification ethnique, et donc comme une violation des droits de l'homme. Timothy V. Waters affirme dans On the Legal Construction of Ethnic Cleansing que, si des événements semblables surviennent plus tard, le précédent de l'expulsion des Allemands sans recours juridique permettrait aussi à l'avenir le nettoyage ethnique d'autres populations[4].

Des auteurs, comme Alfred de Zayas, soutiennent que les expulsions étaient des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité, même dans le contexte du droit international de l'époque. De Zayas écrit :

« ... les seuls principes applicables sont les Conventions de La Haye, en particulier, les Règlements de La Haye, articles 42-56, qui limitaient les droits des puissances occupantes - et bien sûr les puissances occupantes n'ont aucun droit à expulser les populations - ce qui était une incontestable violation des Règlements de La Haye ».

« Logiquement donc, si vous consentez à appliquer les Principes de Nuremberg aux expulsions d'Allemands, en considérant que l'accord de Londres a dû refléter le droit international, et non pas le créer, il en résulte que ce qui est applicable à des crimes allemands contre les Polonais qu'ils ont expulsés, et contre les Français qu'ils ont déportés pour se créer un « Lebensraum », s'applique certainement tout autant à l'expulsion des Allemands par les Polonais et les Tchèques. C'est pourquoi, si vous appliquez les principes de Nuremberg et le jugement de Nuremberg, vous devez logiquement conclure que l'expulsion des Allemands a constitué clairement des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité[5]. »

De Zayas argumente ce point plus en détail dans ses articles importants « International Law and Mass Population Transfers » (Harvard International Law Journal, Vol. 16, p. 201-251, et « The Right to One's Homeland, Ethnic Cleansing and the International Criminal Tribunal for the Former Yugoslavia » (Criminal Law Forum, 1995).

Sources

  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu d’une traduction de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Expulsion of Germans after World War II » (voir la page de discussion).

Voir aussi

Notes

  1. Deutsches Historisches Museum : Massenflucht 1944/45
  2. Voir le champ d'application de l'article 7 du Statut de Rome.
  3. Denver Journal of International Law and Policy, printemps 2001, p. 116
  4. Timothy V. Waters, On the Legal Construction of Ethnic Cleansing, Article 951, 2006, Université du Mississippi, School of Law.
  5. « THE EXPULSION: A crime against humanity », par le Dr. Alfred de Zayas, Transcription d'une partie de la conférence sur l'expulsion faite à Pittsburgh en 1988.
.

.

 

todas las traducciones de Expulsion d'Allemands après la Seconde Guerre mondiale


Contenido de sensagent

  • definiciones
  • sinónimos
  • antónimos
  • enciclopedia

  • définition
  • synonyme

   Publicidad ▼

 

8177 visitantes en línea

computado en 0,063s

   Publicidad ▼