» 
alemán árabe búlgaro checo chino coreano croata danés eslovaco esloveno español estonio farsi finlandés francés griego hebreo hindù húngaro indonesio inglés islandés italiano japonés letón lituano malgache neerlandés noruego polaco portugués rumano ruso serbio sueco tailandès turco vietnamita
alemán árabe búlgaro checo chino coreano croata danés eslovaco esloveno español estonio farsi finlandés francés griego hebreo hindù húngaro indonesio inglés islandés italiano japonés letón lituano malgache neerlandés noruego polaco portugués rumano ruso serbio sueco tailandès turco vietnamita

definición - Joachim Lelewel

definición de Joachim Lelewel (Wikipedia)

   Publicidad ▼

Wikipedia

Joachim Lelewel

                   

Joachim de Lelewel (22 mars 1786, Varsovie - 29 mai 1861, Paris), historien, numismate et politicien polonais.

  Joachim Lelewel

Sommaire

  Biographie

  Professeur d’histoire

Né dans une famille polonaise noble, d’origine prussienne, (Lölhöffel von Löwensprung), il entreprend des études à l’Université de Vilnius en 1804. Après avoir achevé ses études en 1808, il devient enseignant au Lycée de Krzemieniec l’année suivante (jusqu’en 1811). En 1815, il commence une carrière académique en devenant professeur d’histoire suppléant à l’Université de Vilnius. La même année, il crée une revue littéraire (L’hebdomadaire de Vilnius) qui permettra notamment à Adam Mickiewicz de faire ses débuts. En 1819, il devient professeur suppléant et bibliothécaire à l’Université de Varsovie avant d’être nommé professeur d’histoire européenne à l’Université de Vilnius en 1821.

  Patriote et révolutionnaire

En 1824, privé de son poste à Vilnius, par le gouverneur russe, pour avoir eu des contacts avec une association patriotique (les Philomathes), il revient à Varsovie. En 1825, il adhère à la Société patriotique et il sera élu député à la diète du Royaume du Congrès en 1829. Pendant l’Insurrection de Novembre (1830 - 1831), il est d’abord membre du Conseil administratif, ensuite ministre de la Culture au sein du gouvernement national d’Adam Czartoryski (1830 - 1831) et président du Club patriotique qui s’est créée au début de l’insurrection et qui regroupe des patriotes radicaux qui veulent introduire d’importantes réformes sociales en Pologne.

  L’exilé

Après l’échec de l’Insurrection de novembre, il quitte le pays pour Paris où il fonde le Komitet Narodowy Polski (Comité national polonais) dont il assurera la présidence. Il est également à la tête de l’organisation Zemsta Ludu (la Vengeance du peuple) créée à Paris en décembre 1831. En 1833, il est arrêté au domicile du Général La Fayette et conduit à Tours. Puis 5 mois après à la demande de l’ambassadeur de Russie, il est expulsé de France et s’installe à Bruxelles où il résidera pendant 28 ans. Joachim Lelewel y sera nommé le 26 octobre 1834 professeur[1] à l’Université libre de Bruxelles, mais il ne donnera jamais son cour, il s’investira toutefois dans la vie culturelle de ce pays qui vient de naître. C’est en Belgique qu’il écrira ses importants ouvrages historiques, géographiques et cartographiques. En 1835, il devient le président de Jeune Pologne, une organisation démocratique et républicaine, liée à Jeune Europe de Giuseppe Mazzini. La même année, Joachim Lelewel met sur pied le Związek Dzieci Ludu Polskiego (Union des Enfants du Peuple Polonais) dont l’objectif est d’organiser l’agitation en Pologne. En 1837, il crée et dirige l’Union de l’émigration polonaise qui se donne pour objectif de réunir politiquement tous les émigrés polonais (à ne pas confondre avec l’Union de l’émigration polonaise fondée à Paris en 1866). En 1846, il rejoint la Société démocratique polonaise et devient l’année suivante le vice-président de la Société démocratique internationale. En 1849, après l’échec du Printemps des peuples, il se retire de la vie politique. Il s’éteint en 1861, peu après son retour à Paris. L’Université de Vilnius a hérité de sa collection de livres et d’atlas. Aujourd’hui, une salle porte son nom à la bibliothèque de l’Université de Vilnius.

  Son œuvre

  Une œuvre diversifiée

Son œuvre historique est considérable. Elle commence avec Edda Skandinawska (Vilnius, 1807), une étude sur les croyances religieuses des anciens habitants de la Scandinavie. De nombreux ouvrages ont été rédigés en français, ce qui leur a donné une audience internationale. Une de ses publications les plus importantes a été Géographie du Moyen Âge (5 vol., Bruxelles, 1852-1857), avec un atlas (1849) de 50 planches entièrement réalisées par lui. Il a également écrit Géographie des Arabes (Paris, 1851).

  Histoire de la Pologne

Ses travaux sur l’histoire de la Pologne se basent sur une étude très critique et très fine des documents. Ils ont été publiés sous le titre Polska, dzieje i rzeczy jej (20 vol., Poznań, 1853-1876). Il a voulu écrire une histoire complète de la Pologne mais n’est pas arrivé au bout de son objectif. Sa méthode apparaît déjà dans Dzieje Polski potocznym sposobem opowiedziane (Le passé de la Pologne conté familièrement) (1829) qui deviendra une bible politique pour les milliers d’insurgés et d’émigrés ; il interprétait l’histoire de la Pologne comme une lutte acharnée pour la liberté. Cet ouvrage, largement retravaillé, sera publié en français sous le titre Histoire de Pologne (2 vol., Paris - Lille, 1844). Parmi ses nombreuses autres contributions à l’étude de l’histoire de la Pologne, signalons La Pologne au moyen âge (3 vol., Poznań, 1846-1851), Essai historique sur la législation polonaise civile et criminelle, jusqu'au temps des Jagellons, depuis 730 jusqu'en 1403 (Paris, 1830), Trzy konstytucje polskie; 1791, 1807, 1815 (Poznań, 1861).

  Numismatique

Il fut un des pères de la numismatique moderne au début du XIXe siècle avec quelques ouvrages essentiels comme Numismatique du Moyen Âge, considérée sous le rapport du type (Paris, 1835) et Études numismatiques et archéologiques (Bruxelles, 1841). Ses travaux numismatiques ont laissé à ses successeurs un important recueil d’études enrichi par ses observations. En Belgique, il a fondé le Cabinet de numismatique de la Bibliothèque royale et a posé les fondations de la numismatique belge.

  Bibliographie

Quand il a travaillé à la bibliothèque de l’Université de Varsovie, il a étudié la bibliographie et les fruits de ses travaux se retrouvent dans Bibliograficznych Ksiąg dwoje (Deux livres sur la bibliographie) (2 vol., Vilnius, 1823-1826).

  Citations

« Pour notre liberté et la vôtre ! »

« La Pologne, oui, mais quelle sorte de Pologne ? »

  Publications de Joachim Lelewel

  • Vincent Kadłubek: Ein historisch-kritischer Beytrag zur slavischen Literatur - par hrabia Józef Maksymilian Ossoliński, Joachim Lelewel, Samuel Gottlieb Linde - 1822 - 1250 pages
  • Bibljograficznych ksiạg dwoje: w których rozebrane i pomnożone zostały dwa dzieła Jerzego – 1823
  • Tableau de la Pologne ancienne et moderne: sous les rapports géographiques, statistiques ... - par Conrad Malte-Brun, Léonard Chodźko, Joachim Lelewel, Michał Podczaszyński – 1830
  • Śpiewy historyczne Niemcewicza: z uwagami Lelewela par Julien-Ursin Niemcewicz, Joachim Lelewel - 1835 - 485 pages
  • Numismatique du Moyen Âge considérée sous le Rapport du Type par Joachim Lelewel, Jozef Straszewicz – 1835
  • Pythéas de Marseille et la géographie de son temps - 1836 - 74 pages
  • Joachim Lelewel's kleinere Schriften geographisch-historischen Inhalts - 1836 - 270 pages
  • Type gaulois ou celtique: atlas - 1841
  • Histoire de Pologne par Joachim Lelewel. Vol. 1 - 2. Paris, Lille 1844. (Imprimé à Lille). Portrait de l'auteur.
  • Géographie du moyen âge, Bruxelles, 1850 et 1852-1857 [5 t.] (texte en ligne partiellement) ; Atlas, 1845 ; repr. Amsterdam, 1966-67.
  • Notice historique sur Benjamin de Tudèle - par Eliakim Carmoly, Joachim Lelewel - 1852 - 41 pages
  • Polska wiekow srednich: czyli Joachima Lelewela w dziejach narodowych polskich postrzezenia 1786-1861 – 1856
  • Épilogue de la géographie du Moyen Âge - 1857 - 616 pages
  • Histoire de la Lituanie et de la Ruthénie jusqu'à leur union définitive avec la Pologne conclue à Lublin en 1569... - 1861
  • Dzieje polski ktore stryj synowcom swoim opowiedzial - 1863 - 510 pages

  Honneurs

Il a reçu le titre de docteur honoris causa de l'Université Jagellon de Cracovie en 1820[2].

  Notes et références

  1. L. Vanderkindere, L'Université de Bruxelles. Notice historique, Bruxelles, 1884, p. 177: "Joachim Lelewel, Faculté de philosophie, Professeur ordinaire, 26 octobre 1834. Cour: Histoire et géographie anciennes (ne fut jamais donné)
  2. (pl) Uniwersytet Jagielloński w Krakowie - Wyróżnienia - Godność doktora honoris causa

Note : Cet article emprunte de l'Encyclopædia Britannica 1911, sous le domaine public.

  Bibliographie

  • Joachim Lelewel, 1786-1861 sa vie et son œuvre de Marian Henryk Serejski - 1961 - 98 pages
  • Leonard Chodźko (ancien étudiant de J. Lelewel à l'Université de Vilnius), Notice biographique sur Joachim Lelewel, Paris, 1834 (texte en ligne).
  • La littérature française contemporaine. XIXe siècle: Le tout accompagné de notes biographiques ... par Joseph Marie Quérard, Félix Bourquelot, Louis Ferdinand Alfred Maury 1854

  Lien externe

   
               

 

todas las traducciones de Joachim Lelewel


Contenido de sensagent

  • definiciones
  • sinónimos
  • antónimos
  • enciclopedia

  • définition
  • synonyme

   Publicidad ▼

 

5862 visitantes en línea

computado en 0,047s

   Publicidad ▼