» 
alemán árabe búlgaro checo chino coreano croata danés eslovaco esloveno español estonio farsi finlandés francés griego hebreo hindù húngaro indonesio inglés islandés italiano japonés letón lituano malgache neerlandés noruego polaco portugués rumano ruso serbio sueco tailandès turco vietnamita
alemán árabe búlgaro checo chino coreano croata danés eslovaco esloveno español estonio farsi finlandés francés griego hebreo hindù húngaro indonesio inglés islandés italiano japonés letón lituano malgache neerlandés noruego polaco portugués rumano ruso serbio sueco tailandès turco vietnamita

definición - Julia Domna

definición de Julia Domna (Wikipedia)

   Publicidad ▼

Wikipedia

Julia Domna

                   
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Julia.
  Le Tondo severiano qui représente la famille impériale : Julia Domna, Septime Sévère, Caracalla enfant et Geta (effacé après son assassinat). Peinture réalisée en Égypte vers 201, Musée de Berlin

Julia Domna (v. 170 - 217), fille de Julius Bassianus, un notable arabe[1] syrien d'Émèse (Homs), fut la seconde épouse de Septime Sévère, et la mère de Caracalla et de Geta.

Sommaire

  Biographie

Née vers 170, Julia Domna venait d'une famille noble de la cité d'Émèse (Homs) en Syrie. Son père, citoyen romain, se nommait Julius Bassianus. Elle avait une sœur plus âgée, Julia Maesa.

Elle épousa en 187 Septime Sévère, un sénateur d'origine libyenne, alors gouverneur de Gaule Lyonnaise et veuf depuis peu. On ne sait si elle connaissait son futur mari : Septime Sévère avait sans doute déjà exercé un commandement militaire en Syrie, mais l'Histoire Auguste prétend qu'il aurait choisi son épouse d'après son horoscope, celui de Julia Domna prédisant qu'elle épouserait un roi.

À Lyon, elle donna le jour à un fils, Bassianus (le futur Caracalla), en 188, puis en 189 à un second fils, Geta.

En 193, son mari Septime Sévère prit le pouvoir à l'issue d'une guerre civile. Julia Domna devint Augusta. En 195 elle fut proclamée Mater castrorum (« Mère des camps ») comme la défunte impératrice Faustine la Jeune, épouse de Marc Aurèle et mère de Commode. Elle accompagna toujours son mari dans ses campagnes militaires en Asie Mineure, puis en Syrie, puis, après un retour à Rome, en Mésopotamie et en Égypte.

De retour à Rome elle fut marginalisée par son grand rival Plautien, le meilleur ami de Septime Sévère, nommé préfet du prétoire puis anobli et fait consul. En 202 l'influence de Plautien était telle qu'il fit épouser sa fille Plautille à Caracalla. Pour éliminer Julia Domna, Plautien l'accusa d'adultère, mais Septime Sévère ne voulut pas y prêter attention. Usant de son ascendant sur son fils Caracalla, elle le persuada d'assassiner Plautien et de répudier Plautille, ce qui fut fait.

Après l'élimination de Plautien, Julia Domna prit une place prépondérante dans la famille impériale. Elle put placer ses amis d'origine syrienne aux postes-clés.

Quand Septime Sévère mourut en 211, elle se retrouva au pouvoir avec ses deux fils Caracalla et Geta, Augustes l'un et l'autre, mais qui se détestaient et cherchaient à s'éliminer mutuellement. Elle s'opposa à un partage de l'empire entre eux, mais ne put empêcher l'assassinat de Geta par son frère en 212.

À partir de cette date, l'empire fut gouverné par le couple Julia Domna et son fils Caracalla. Comme elle l'avait fait avec Septime Sévère, Julia Domna accompagna son fils dans toutes ses expéditions, en Germanie, en Asie, en Égypte et en Syrie. Ce couple mère-fils faisait jaser, les chansonniers d'Alexandrie la représentaient en Jocaste (la mère-épouse d'Œdipe).

Quand Caracalla fut assassiné près de Carrhes (Harran, Turquie) en 217, le pouvoir revint au préfet du prétoire Macrin (un Africain, ancien ami de Plautien). Julia Domna tenta de soulever à Antioche la garde prétorienne, sans succès. Macrin la laissa se retirer à Émèse en conservant sa fortune. Elle mourut très rapidement, d'un cancer qui la rongeait depuis un moment, ou à l'issue d'une grève de la faim.

  Notes

  1. "Septime Sévère épousa une Arabe d'Emèse, Julia Domna, dont les fils et petit-neveux gouvernèrent Rome", Maxime Rodinson, Les Arabes (1979), Puf, 2002, p.58

  Voir aussi

  Bibliographie

  • Barbara Levick, Julia Domna. Syrian Empress, Routledge: Taylor & Francis, 2007
  • Emily Ann Hemelrijk, Matrona Docta. Educated Women in the Roman Élite from Cornelia to Julia Domna, Routledge, 2004.
  • Susann Sowers Lusnia, The public image of Julia Domna and her role in Severan Dynastic propaganda, University of Cincinnati, 1990.


Sur les autres projets Wikimedia :

   
               

 

todas las traducciones de Julia Domna


Contenido de sensagent

  • definiciones
  • sinónimos
  • antónimos
  • enciclopedia

  • définition
  • synonyme

   Publicidad ▼

 

9748 visitantes en línea

computado en 0,047s

   Publicidad ▼