» 
alemán árabe búlgaro checo chino coreano croata danés eslovaco esloveno español estonio farsi finlandés francés griego hebreo hindù húngaro indonesio inglés islandés italiano japonés letón lituano malgache neerlandés noruego polaco portugués rumano ruso serbio sueco tailandès turco vietnamita
alemán árabe búlgaro checo chino coreano croata danés eslovaco esloveno español estonio farsi finlandés francés griego hebreo hindù húngaro indonesio inglés islandés italiano japonés letón lituano malgache neerlandés noruego polaco portugués rumano ruso serbio sueco tailandès turco vietnamita

oit

  • 3e personne du singulier (il, elle) du présent de l'indicatif du verbe ouïr

definición - OIT

OIT (n.prop.)

1.agence de l'ONU traitant des questions liées au travail.

2.organisme de l'ONU (depuis 1946). Créé en 1919, son but est d'améliorer les conditions de travail dans le monde. Prix Nobel de la paix 1969.

ouïr (v. trans.)

1.entendre, écouter.

O.I.T. (n.prop.)

1.agence de l'ONU traitant des questions liées au travail.

2.organisme de l'ONU (depuis 1946). Créé en 1919, son but est d'améliorer les conditions de travail dans le monde. Prix Nobel de la paix 1969.

   Publicidad ▼

definición (más)

definición de OIT (Littré)

definición de OIT (Wikipedia)

sinónimos - OIT

   Publicidad ▼

ver también

ouïr (v. trans.)

ouïe, sens auditif, sens de l'ouïe

frases

diccionario analógico

entendre[Classe]

ouïr (v. tr.) [V+comp]


Le Littré (1880)

OUÏR (v. a.)[ou-ir. Des grammaires disent que ce mot a une demi-aspiration ; cela est contre l'usage qui élide l'é devant ouïr : l'ouïr]

1. Recevoir les sons par l'oreille, entendre.

Il m'est avis que je l'ois qui tient ce langage à la fortune (MALH. Traité des bienf. de Sénèque, I, 9)

Et le peuple, qui tremble aux frayeurs de la guerre, Si ce n'est pour danser n'orra plus de tambours (MALH. II, 1)

C'est un miracle que je n'entends point ; et, quand j'ai ouï les religieuses de Loudun parler latin et grec, je n'ai pas été si étonné (VOIT. Lett. 45)

Si j'ois maintenant quelque bruit, si je vois ce soleil (DESC. Méd. III, 7)

Aussitôt on ouït d'une commune voix Se plaindre de leur destinée Les citoyennes des étangs (LA FONT. Fabl. VI, 12)

Quel charme de s'ouïr louer par une bouche Qui, même sans s'ouvrir, nous enchante et nous touche ? (LA FONT. Filles de Minée.)

Et nous n'oyions jamais passer devant chez nous Cheval, âne ou mulet.... (MOL. Éc. des f. I, 3)

Hé, je vous en conjure de toute la dévotion de mon coeur, que nous oyions quelque chose qu'on ait fait pour nous (MOL. Préc. 12)

Et voilà de quoi j'ouïs l'autre jour se plaindre Molière (MOL. Impromptu, 3)

Oyez-vous la friponne ? elle parle pour soi (TH. CORN. le Charme de la voix, II, 2)

J'ai ouï dire à notre grand prince qu'à la journée de Nordlingue, ce qui l'assurait du succès, c'est qu'il connaissait M. de Turenne dont l'habileté consommée.... (BOSSUET Louis de Bourbon.)

Et vous, sainte compagnie, qui avez désiré d'ouïr de ma bouche le panégyrique de votre père (BOSSUET Bourgoing.)

Quelle partie du monde habitable n'a pas ouï les victoires du prince de Condé et les merveilles de sa vie ? (BOSSUET Louis de Bourbon.)

On vit souffrir Mme d'Aiguillon, mais on ne l'ouït pas se plaindre (FLÉCH. Mme d'Aiguillon.)

De son triomphe affreux je le verrai jouir, Et conter votre honte à qui voudra l'ouïr (RAC. Phèdre, III, 3)

A-t-on jamais ouï parler d'aventures si merveilleuses ? (FÉN. Tél. VII)

Des terres presque inconnues ouïrent la parole de vie (MASS. Or. fun. Villars.)

Prêt à verser son sang, qu'ai-je ouï ? qu'ai-je vu ? (VOLT. Fanat. III, 8)

Oyez n'est plus usité qu'au barreau ; on a conservé ce mot en Angleterre ; les huissiers disent ois, sans savoir ce qu'ils disent (VOLT. Comment. Corn. Poly. III, 2)

1. (les Anglais écrivent non ois, mais oyes, qu'ils prononcent ôièce, et qui est le français oyez).

J'avais toujours ouï dire qu'il est difficile de mourir ; je touche à ce dernier moment, et je ne trouve pas cette résolution si pénible (DUCLOS Règne de Louis XIV, Oeuv. t. V, p. 148)

On n'oyait dans ce gouffre de vapeurs [du haut du Vésuve] que le sifflement du vent et le bruit lointain de la mer, sur les côtes d'Herculanum (CHATEAUB. Italie, le Vésuve.)

Ouïr la messe, assister à la messe.

J'oyais un de ces jours la messe à deux genoux (RÉGNIER Sat. VIII)

2. Écouter, prêter attention, donner audience. Un juge doit ouïr les deux parties.

Oyons : - Dorante : Sa courtoisie est extrême et m'étonne (CORN. Suite du Menteur, I, 2)

Quoi ! mon père étant mort et presque entre mes bras, Son sang criera vengeance et je ne l'orrai pas (CORN. Cid, III, 3)

Oyez ce que les dieux vous font savoir par moi (CORN. Cinna, V, 3)

Il ne faut jamais dire aux gens : Écoutez un bon mot, oyez une merveille (LA FONT. Fabl. XI, 9)

Je condamnai les dieux, et, sans plus rien ouïr, Fis voeu, sur leurs autels, de leur désobéir (RAC. Iphig. I, 1)

Le parlement de Provence commença par condamner dix-neuf habitants de Mérindol, leurs femmes et leurs enfants, à être brûlés, sans ouïr aucun d'eux (VOLT. Hist. parl. ch. 19)

La nuit revient son ombre [du ménétrier] : Oyez ces sons lointains (BÉR. Ménétr. de Meud.)

3. Écouter favorablement, exaucer. Daignez ouïr nos voeux.

4. Recevoir une déposition.

Nous venons d'ouïr un martyr qui fait gloire d'avoir bien servi les empereurs à la guerre (BOSSUET 5e avertiss. § 12)

En termes de procédure, ouïr des témoins, recevoir leurs dépositions.

Les témoins sont ouïs, son procès est tout fait (TH. CORN. Comte d'Ess. II, 2)

Le demandeur faisait ouïr ses témoins pour établir sa demande ; le défendeur faisait ouïr les siens pour se justifier (MONTESQ. Esp. XXVIII, 13)

Ancien terme de procédure criminelle. Être assigné pour être ouï, être assigné pour répondre en personne devant le juge. Décret d'assigné pour être ouï, ordonnance judiciaire qui assignait un prévenu à comparaître en personne.

5. Substantivement, l'oyant compte (voy.

OYANT

5. ).

HISTORIQUE

XIe s.Signor, dist Guenes, vous en orrez nouveles (Ch. de Rol. XXV)Respont Rolans : orguel oi et folage (ib. XX)De cels de France odum [nous oyons] les grailes [trompettes] clers (ib. CLVIII)

XIIe s.Pour la [l'espée] Charlon, dont il oï parler (Ronc. 125)Jà de cruel au desseure [dans le triomphe] [vous] N'orrez dire bon recort (Couci, IV)Et qu'il vous plaist à oïr ma priere (ID. XVIII)Liquels parlera les poances [puissances] del Segnor ? oïdes ferad tutes les loenges de lui ? (Liber psalm. p. 158)Il parla hautement, oyant tout le barnage (Sax. XXVI)

XIIIe s.Cil Alexis.... se fist empereour par tel traïson come vous oez (VILLEH. XLII)Et avoit grant ire de ce qu'il audoit que Acomat fust escanpés (MARC POL p. 748)Mais je n'os [ose] por [à cause de] ces bestes qu'en ces bois glatir o [j'entends] (Berte, XXXII)[Ils] Ne purent une messe entierement oïr (ib. LXIII)Bien avez oÿ dire et mainte fois retraire.... (ib. LXIX)La ooit Symons messe et toute sa maisnie (ib. CIX)Car il n'est fame tant soi bonne, Vieille ou jone, mondaine ou nonne.... Se l'en va sa biauté loant, Qui ne se delite en oant (la Rose, 9982)Fai, se tu pues, chose qui plaise As dames et as demoiselles, Si qu'el oient bones noveles Dire de toi et raconter (ib. 2132)Il est contraires à li meismes quant il dist : je sai de certain, ce qu'il ne set que par oïr dire (BEAUMANOIR XL, 12)Seez vous ci bien près de moy, pour ce que en ne nous oie (JOINV. 196)N'est si mal sourt com cil qui ne vuelt oïr goute (J. DE MEUNG Test. 1595)

XIVe s.Il semble que ire n'oe aucunement raison (ORESME Eth. 205)

XVe s.Ceux qui le liront [ce livre], verront et orront ... (FROISS. Prol.)

XVIe s.Lors ouyssiez, par ung ardant desir, France cryer : brief, c'estoit un plaisir.... (J. MAROT V, 227)Dieu guarde de mal qui veoid bien, et ne oyt goutte (RAB. III, 15)Ceste année, les aveugles ne verront que bien peu, les sourds oyront assez mal, les muetz ne parleront gueres (RAB. Pantagrueline pronostication, ch. 3)Qui a aureilles pour ouir, qu'il oye (CALV. Instit. 769)J'ouy aultrefois tenir à un prince que.... (MONT. I, 54)Ils ont voulu les instruire non par ouïr-dire, mais par l'essay de l'action (MONT. I, 152)C'est une chose non encore ouye, et du tout ridicule, d'estre lieutenant de soy-mesme (CARL. II, 8)Ouïr dire va par ville ; et en un muid de cuider, n'y a point plein poing de sçavoir (LOYSEL 771)Oy, voy, et te tais, si tu veux vivre en paix (COTGRAVE)Qui demande ce qu'il ne devroit, Il oit ce qu'il ne voudroit (COTGRAVE)Tout ouir, tout voir, et rien dire, Merite en tout temps qu'on l'admire (COTGRAVE)Qui bien oyt bien parle, et qui mal oyt mal parle (CHARRON Sagesse, I, 12)

ÉTYMOLOGIE

Picard, aouir, auir, aoir ; wallon, oiî ; j'aus ben, j'entends bien ; provenç. ausir ; esp. oir ; port. ouvir ; ital. udire ; du lat. audire ; comparez OREILLE. Audire paraît être un dénominatif de auris, oreille, qui est pour ausis. Voltaire (Comm. Corn. Poly. III, 2) prétend qu'à l'infinitif nous disions autrefois oyer, et que les sessions de l'échiquier de Normandie s'appelaient oyer et terminer. C'est une erreur ; oyer à l'infinitif serait un barbarisme dont il n'y a pas de trace dans notre historique ; oyer et terminer est non pas du normand, mais de l'anglo-normand ; enfin oyer, terminer sont non des infinitifs mais des substantifs.

Wikipedia

OIT

                                   

 

todas las traducciones de OIT


Contenido de sensagent

  • definiciones
  • sinónimos
  • antónimos
  • enciclopedia

  • définition
  • synonyme

   Publicidad ▼

 

9993 visitantes en línea

computado en 0,079s

   Publicidad ▼