» 
alemán árabe búlgaro checo chino coreano croata danés eslovaco esloveno español estonio farsi finlandés francés griego hebreo hindù húngaro indonesio inglés islandés italiano japonés letón lituano malgache neerlandés noruego polaco portugués rumano ruso serbio sueco tailandès turco vietnamita
alemán árabe búlgaro checo chino coreano croata danés eslovaco esloveno español estonio farsi finlandés francés griego hebreo hindù húngaro indonesio inglés islandés italiano japonés letón lituano malgache neerlandés noruego polaco portugués rumano ruso serbio sueco tailandès turco vietnamita

definición - Organisation internationale du travail

Organisation Internationale du Travail (n.prop.)

1.agence de l'ONU traitant des questions liées au travail.

2.organisme de l'ONU (depuis 1946). Créé en 1919, son but est d'améliorer les conditions de travail dans le monde. Prix Nobel de la paix 1969.

   Publicidad ▼

definición (más)

definición de Organisation internationale du travail (Wikipedia)

sinónimos - Organisation internationale du travail

Organisation Internationale du Travail (n.prop.)

O.I.T., OIT

   Publicidad ▼

diccionario analógico

Wikipedia

Organisation internationale du travail

                   

46°13′45.8″N 6°8′3.4″E / 46.229389, 6.134278

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir OIT.
Organisation internationale du travail
Flag OIT.svg
Organe de l'ONU
Type d'organisation Agence spécialisée de l'ONU
Acronymes OIT, ILO
Chef Directeur général
Drapeau du Royaume-Uni Guy Ryder
Statut Active
Siège Drapeau de la Suisse Genève
Création 1919
Site web http://www.ilo.org/global/lang--fr/index.htm
Organisation(s) parent

L'Organisation internationale du travail (OIT) (en anglais : International Labour Organization, ILO) est une agence spécialisée de l'ONU.
Sa mission est de rassembler gouvernements, employeurs et travailleurs de ses États membres dans le cadre d'une institution tripartite, en vue d'une action commune pour promouvoir le travail décent à travers le monde[1].

En 2011, L'organisation regroupe 183 États-membres. Le siège est situé à Genève en Suisse et son Directeur général est depuis 1999 le chilien Juan Somavía. L'organisation est distinguée en 1969 par l'attribution du Prix Nobel de la paix .

Sommaire

  Histoire

En 1919 les États signataires du Traité de Versailles créent l'Organisation internationale du Travail (OIT).
Avec la résolution du premier conflit mondial, beaucoup sont conscients du fait « qu'il existe des conditions de travail impliquant pour un grand nombre de personnes l'injustice, la misère et les privations, ce qui engendre un tel mécontentement que la paix et l'harmonie universelles sont mises en danger[2] », . Arthur Fontaine -l'un des rédacteurs de la partie XIII qui a permis la création de l'institution[3]- débute sa constitution en affirmant qu'« une paix universelle et durable ne peut être fondée que sur la base de la justice sociale[4] ».

La nouvelle organisation s'installe au Centre William Rappard, à Genève en 1926.

En mai 1944, La Conférence générale de l'Organisation internationale du travail se réunit à Philadelphie où elle adopte le 10 mai la déclaration de Philadelphie. Parmi les institutions de la Société des Nations (SdN), l'OIT est la seule organisation qui survit à la disparition de la SdN : En 1946, L'OIT devient une institution spécialisée de l'Organisation des Nations unies (ONU).
En 2010 elle compte 183 États membres.

Dotée d'une structure tripartite unique, elle réunit sur un pied d'égalité les représentants des gouvernements, des employeurs et des travailleurs pour débattre des questions relatives au travail et à la politique sociale. Le secrétariat de l'Organisation, le Bureau international du travail (BIT), a son siège à Genève en Suisse et gère des bureaux extérieurs dans plus de 40 pays.

À l'occasion de son cinquantième anniversaire en 1969, l'OIT reçoit le Prix Nobel de la paix.

En février 2002, l'OIT crée une Commission mondiale sur la dimension sociale de la mondialisation. Cet organe indépendant a pour but d'amener le débat à quitter le terrain de la confrontation pour celui du dialogue et de jeter ainsi les bases de l'action pour faire en sorte que la mondialisation profite à davantage de personnes.

Le 10 juin 2008, l'OIT adopte à l'unanimité sa nouvelle déclaration de foi[5], la « Déclaration sur la justice sociale pour une mondialisation équitable »[6].

  Observatoire et publications

Voir site de publication trilingue : [Ilo bookstore]

  Organisation

La Conférence internationale du Travail, réunit une fois par an les mandants de l'OIT (représentants gouvernementaux, représentants travailleurs et représentants employeurs) et oriente les travaux de l'Organisation. Elle adopte les nouvelles normes internationales du travail et détermine le programme et le budget de l’Organisation. Entre deux sessions de la Conférence, le Conseil d’administration -composé de 28 membres gouvernementaux, de 14 membres employeurs et de 14 membres travailleurs- pilote les activités de l’OIT.

  Normes et Déclaration relative aux principes et droits fondamentaux au travail

Il existe actuellement 189 conventions et 201 recommandations, dont certaines remontent à la création de l'OIT en 1919.

Le Conseil d'administration du BIT a qualifié de fondamentales huit conventions qui traitent de questions considérées comme des principes et des droits fondamentaux au travail :

Ces principes sont également énoncés dans la Déclaration de l'OIT relative aux principes et droits fondamentaux au travail de 1998.

  Les conventions

  Conventions fondamentales

Les huit conventions fondamentales sont les suivantes :

  • convention (nº 87) sur la liberté syndicale et la protection du droit syndical (1948)
  • convention (nº 98) sur le droit d’organisation et de négociation collective (1949)
  • convention (nº 29) sur le travail forcé (1930)
  • convention (nº 105) sur l'abolition du travail forcé (1957)
  • convention (nº 138) sur l'âge minimum (1973)
  • convention (nº 182) sur les pires formes de travail des enfants (1999)
  • convention (nº 100) sur l'égalité de rémunération (1951)
  • convention (nº 111) concernant la discrimination (emploi et profession) (1958)

  Conventions prioritaires

Le Conseil d'administration du BIT a également qualifié quatre autres conventions d'instruments prioritaires, encourageant ainsi les États membres à les ratifier en raison de leur importance pour le fonctionnement du système de normes internationales du travail. Les quatre conventions prioritaires sont les suivantes:


  Directeurs généraux

  Notes et références

  1. « L'Organisation internationale du travail est l'agence tripartite de l'ONU qui rassemble gouvernements, employeurs et travailleurs de ses États membres dans une action commune pour promouvoir le travail décent à travers le monde. » Définition en page d'accueil du site officiel francophone de l'OIT
  2. (fr) Origines et histoire, Organisation internationale du travail
  3. Michel Cointepas, Arthur Fontaine, 1860-1931 : un réformateur, pacifiste et mécène au sommet de la Troisième République, Presses Universitaires de Rennes, 2008, p.255.
  4. Origines et histoire de l'OIT
  5. Selon les termes de son secrétaire général en préambule de ladite déclaration
  6. (fr) Déclaration de l'OIT sur la justice sociale pour une mondialisation équitable, Organisation internationale du travail, 10 juin 2008. Consulté le 20 novembre 2008
  7. OIT. Feuillet d'information sur l'OIT. http://www.ilo.org/wcmsp5/groups/public/---dgreports/---dcomm/---webdev/documents/publication/wcms_082362.pdf

  Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

  Autres personnalités

  Liens externes

   
               

 

todas las traducciones de Organisation internationale du travail


Contenido de sensagent

  • definiciones
  • sinónimos
  • antónimos
  • enciclopedia

  • définition
  • synonyme

   Publicidad ▼

 

4539 visitantes en línea

computado en 0,063s

   Publicidad ▼